Michael Bauswein photographe - le blog
"Photographier le monde, la vie, les gens..."

Site Portfolio Vidéos / Presse Boutique Blog Liens A propos... Contact

lundi 27 juillet 2009

Clip - Séance avec Zachia

     


mardi 21 juillet 2009

Séance photo avec Marlène aka Zachia

     

Marlène, ça faisait quelques temps que je voyais ses photos sur le web. Entre son site, les fora et les images faites par des photographes dont je suivais un peu le travail. J'ai toujours été interpellé par sa grâce et sa silhouette harmonieuse. J'avais envie de travailler avec elle et d'organiser une séance mais j'ai pris mon temps. Le déclic a été probablement la rencontre certes furtive un vernissage.
Je dois avouer que j'ai découvert pendant la séance une Marlène bien plus touchante, emprunte d'un peu de cette fragilité de l'enfance qui moi m'inspire et que je ne devinais pas sur les photos que j'avais pu découvrir d'elle dans mes pérégrinations sur internet. Belle surprise pour moi qui aime le naturel et la simplicité. J'ai essayé de mettre en scène cette vision que j'avais de sa beauté moins femme fatale, moins vamp, tout en douceur et en spontanéité. De l dire que j'ai photographier la vraie Marlène, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Marlene modele photo - nu - pensive au miroir par Michael Bauswein
Marlene modele photo - nu - pause cafe par Michael Bauswein
Marlene Zachia - nu par Michael Bauswein - etirements matinaux

dimanche 19 juillet 2009

Il est des soirs...

     

Il y a des soirs comme ça,
Où l'on ne se tourne plus,
On regarde juste en l'air,
Ni devant, ni derrière...

Lassé des souvenirs,
Des espoirs qui attendent,
Ont envie de grandir,
Et pourtant, ils s'étendent,
Touchés du coup de grâce,
De cet autre qui se lasse.

Il est des soirs comme ça,
Où l'on ne cherche plus,
Les effluves éphémères,
D'un péché de la chair...

Lassé de ces mensonges,
Qu'on se fait soi-même,
On sait que nos yeux plongent,
Au fond du vrai dilemme,
Et ils passent aux aveux,
Défont le chiffre le deux.

Il est des soirs comme ça,
Où l'on ne triche plus,
Ce qu'on savait déj ,
On ne le cache plus.

dimanche 12 juillet 2009

Achetez les derniers exemplaires de mon livre...

     

(15/07/2009: Le livre est épuisé, il faudra attendre sa réédition en format plus économique prévu pour la rentrée )

Daily feminity mon livre aux éditions Ragage va bientôt être réédité dans un format plus petit ( une version de poche en quelque sort même si c'est quand même pour des grandes poches ;)). Il reste quelques exemplaires dans le format orignal, une fois qu'il seront liquidés, vous n'aurez plus la possibilité d'acheter l'ouvrage dans son format et son édition originale.
Pour ceux qui hésitaient l'acheter, c'est peut-être l'occasion de franchir le pas d'autant qu'en passant par mon site, je vous le propose 18 euros au lieu de 20,90 et vous pouvez en m'envoyant un mail juste après votre commande avoir un exemplaire dédicacé. Il n'y en aura pas pour tout le monde, ça ne durera que quelques jours ! Il ne reste que peu d'exemplaires dans le grand format.

Daily feminity - Acheter le livre de Michael Bauswein

Cliquez ici pour commander le livre


mardi 7 juillet 2009

Une opinion toute faite...

     

Quelle époque vit-on où l'image règne en maître ? Non, je ne parle pas de celle que j'affectionne en tant que photographe. Je veux bien sûr faire allusion cette image qu'on renvoie sur les autres qui s'empressent de la digérer sans prendre le temps de la mastiquer et établissent un jugement qui dans son ton affirmatif et définitif devient presque une sentence.
Comme on se plaît se faire une opinion sur des gens dont on ne connaît rien qu'un petit coin, un petit bout d'atome de poussière de ce qu'ils sont. Mais c'est bien suffisant pour les estampiller d'une étiquette qui résumera la complexité de ce qu'ils sont un mot. Entrevue dira "la grosse cochonne" d'autres diront "la salope" ou "la chaudasse". Je fais bien sûr allusion aux sobriquets dont on affuble Cindy depuis qu'elle est rentrée dans Secret Story. Vous me direz, "elle prend sa douche nue si c'est pas une preuve de son peu de vertue". J'ose penser qu'ils sont des millions travers le monde se doucher nu, en tout cas moi, je le fais. Il n'y a pas de caméra dans ma salle de bains ( enfin pas ma connaissance ), certes, mais pour une fille qui est l'aise avec la nudité et qui s'est déj retrouvée nue devant de nombreux objectifs ( dont le mien ) quoi de plus normal finalement ?
Les qualificatifs qu'on utilise pour parler de la candidate du jeu de TF1, ne sont que l'illustration d'un phénomène qui s'est banalisé: le jugement de l'autre sur une simple image. Sans autre forme de curiosité. Sans lui accorder un peu de complexité, de profondeur. Une action, une attitude devient un élément charge, un marquage indélébile qui va résumer toute la personne en un mot rarement flatteur. Et quand ça passe dans le miroir grossissant du tube cathodique ( ou de l'écran plasma ), c'est souvent encore pire. Plus de demi-mesure.
Sur un meuble, il faut gratter le vernis pour découvrir le relief , la force, l'essence du bois, ce qu'il paraît. Et si les êtres humains aussi avaient leur vernis. En tout cas, ceux qui sont victimes de ces verdicts hâtifs, ne sont pas vernis, mon avis...